jeunesentrepreneurs
Entrepreneuriat à Bordeaux

Jeunes entrepreneurs: que sont devenus les anciens lauréats de Talence Innovation Sud Développement ?

Dans le cadre de la 10ème édition de la Journée de l’Entrepreneuriat qui se tenait à Talence le 7 novembre 2019 organisée par Talence Innovation Sud Développement, d’anciens lauréats jeunes entrepreneurs ont eu le plaisir de revenir quelques années en arrière pour faire une rétrospective de leur parcours entrepreneurial jusqu’à aujourd’hui.
Des parcours riches d’expériences sur lesquels ils sont revenus avec le public d’entrepreneur.es présent dans la salle de l’amphithéâtre de l’ENSAM.

Les débuts d’une jeune entreprise entre expérimentation et audace

De l’audace ça il en faut pour se lancer dans l’entrepreneuriat et aussi de l’ambition, nécessaire pour la confiance. Ces jeunes entrepreneurs aujourd’hui ont vu leur projet passer du stade d’un pitch pour un concours au stade d’une structure qui s’est construite, qui a évolué et qui aujourd’hui leur permette d’en vivre.
Pourtant le chemin a été long et l’histoire n’est pas terminée ! Heureusement d’ailleurs car ils ont encore des pistes à explorer et des opportunités de plus en plus intéressantes qui les attendent.

Présentation des jeunes entrepreneurs et de leurs projets

Carole Redero pour Craft and Co

En 2014 Carole et son conjoint créent ensemble leur projet initial d’entreprise. Il s’agissait d’ouvrir un atelier de décapage multi-supports (bois, pierre, métal) avec une dimension d’alternative écologique.
5 ans après Craft and co crée des signalétiques sur-mesure en bois pour entreprises à l’aide d’une machine de gravure et de découpe au laser. D’ailleurs Carole a été choisie pour fabriquer les trophées des lauréats de cette 10ème édition !

Champions du digital

Vanessa Tomaszewski, fana de sports et surtout de football décide de se lancer dans la communication digitale et devient community manager en stage de césure en 2012 chez les Girondins. Par la suite en 2015 elle obtient un contrat en CDD dans une agence de marketing à Monaco, qu’elle signe avant d’obtenir son diplôme de fin d’année.
Pour se faire connaître, Vanessa rédige sur son blog pendant 6 mois non stop et alimente le référencement de son site ce qui lui permet de se rendre visible auprès des étudiants sportifs, sportifs professionnels etc.

Aujourd’hui, suivie par des milliers de followers sur Twitter, Facebook et Instagram, Vanessa intervient auprès des entreprises issues du milieu sportif pour de la formation en community management et anime des évènements sportifs de haut vol comme par exemple la dernière coupe du monde de foot féminin et fait partie du réseau des influenceurs de la FIFA.

Drôle de Plume

En 2011, Alexandra Le Dauphin crée son activité de rédactrice web grâce à sa passion pour l’écriture et l’appui incontestable de ses amis qui l’ont poussée à se lancer dans la rédaction web après avoir lu ses articles de blog.
Sa plume à elle c’est le ton humoristique et le second degré. Son identité c’est le caractère original de son écriture qu’elle met à disposition des entreprises. Elle a trouvé sa manière de se démarquer de ses concurrents en jouant sur le côté fun, décalé, sensible, original pour susciter la curiosité des lecteurs. Alexandra est l’auteure de 5 livres, dont le 1er a été édité en 2014 « Au boulot, Chômette » et prépare actuellement ses 6ème et 7ème livre.

Mobalib

En 2016 la société Mobalib crée un réseau social et collaboratif pour venir en aide aux personnes en situation de handicap dans leur quotidien ainsi que les proches aidants et les valides.

Mobalink est un réseau social innovant qui permet de mettre les handicapés en lien avec les entreprises pour savoir si leurs établissements respectent les normes d’accessibilité et le cas échéant soumettre des solutions.
Cette interface numérique a été conçue et développée avec l’ENSC, l’école nationale supérieure de cognitique de Talence, pour venir en réponse à la difficulté de l’accessibilité web pour les personnes atteintes de déficit visuel et cognitif. Mobalink est disponible sous Ios et Android.

Mobago: projet imminent qui verra le jour en 2020 proposera aux personnes en situation de handicap un outil numérique accessible pour leur permettre de signaler les obstacles dans le cadre de leur déplacement urbain permanent ou temporaire.
Ce projet a émergé d’une demande de la SNCF qui s’est rendue compte que malgré les infrastructures et les équipements mis en place pour les handicapés depuis la loi sur l’accessibilité des gares en 2005, les personnes à mobilité réduite ont souvent des difficultés à se déplacer dans l’espace public pour se rendre à la gare ou en partir.

Paravol / It’s mine

Isabelle Le Gall et son mari associé Olivier Aubry ont créé un système ingénieux pour localiser, ou géolocaliser, la position des vélos soit volés soit perdus grâce à des traceurs GPS qui agissent comme des sentinelles. Une fois le vélo localisé par le traceur, le propriétaire peut venir le récupérer.
En 2019, Paravol développe un service d’assurance pour ses clients équipé de vélo ou autres moyens de déplacement comme les engins électriques (trottinette, vélo électrique, hoverboard, gyro roues).

En parallèle, Isabelle a créé It’s Mine (lauréate du prix 2019 émergence pour Femmes d’Avenirs), un service de localisation et d’identification d’objets personnels grâce à une base de données accessible à tous.
Des clés de voiture perdues, un sac à main volé, un téléphone laissé sur le comptoir d’un bar ? Grâce à un numéro de téléphone et un code d’authentification, le service It’s Mine vous restitue votre bien.

La Boutique Bordeaux

Création en juillet 2016 de la Boutique Bordeaux, un triporteur ambulant proposant souvenirs et artefacts bordelais. Clément s’installe d’abord sur le parvis de la gare Saint-Jean à Bordeaux et vend aux visiteurs et touristes des souvenirs éthiques et durables sur le patrimoine culturel et historique de Bordeaux et les régions alentours (Bassin d’Arcachon, Saint-Émilion).

Aujourd’hui présent sur plusieurs points stratégiques avec l’accord des institutions locales et territoriales, comme la place Pey-Berland, Clément a embauché son premier CDD saisonnier à l’été 2019 et a l’intention d’ouvrir une boutique en ligne ainsi qu’un réseau de dépôt-vente pour permettre aux établissements hôteliers de la région de vendre leurs équipements. Il a conclu également un partenariat unique avec l’Office de Tourisme de Bordeaux pour l’achat de souvenirs made in Bordeaux pour les touristes de passage.

Décalez!

Baptiste Lafon et Charlotte Naymark s’associent pour créer Décalez! un organisme de formation professionnelle basé sur l’apprentissage des compétences relationnelles et l’agilité professionnelle par le biais de l’improvisation théâtrale afin de permettre aux dirigeants et à leurs équipes d’acquérir des savoirs-être en entreprise.
Risquer, oser et casser les codes est le concept de cet organisme pas comme les autres.

En 2019, devenue SARL data-dockée, Décalez! embauche 10 à 12 intervenants sur le territoire girondin qui se déplacent auprès des collectivités territoriales, des associations, des entrepreneurs mais aussi des particuliers.

Et l’indépendance financière dans tout ça?

La question a été posée par une entrepreneure dans le public. Oui car c’est bien beau d’avoir des projets, des rêves, des envies de, mais encore faut-il pouvoir en vivre! Les premières années les jeunes entrepreneurs connaissent souvent des fluctuations entre périodes creuses et périodes très riches en activité. C’est normal il faut un temps avant de trouver une stabilité financière.

Pour Clément et son triporteur il aura fallu attendre 18 mois pour commencer à voir les bénéfices de son travail. Plus de 24 pour pouvoir rémunérer son employé et aujourd’hui lui-même. Mais le jeu en valait vraiment la chandelle, et même si ça peut paraître décourageant et anxiogène de ne pas voir le fruit de son travail (son revenu net), il ne faut pas plier!

Pour Vanessa 6 mois de chômage suite à un licenciement, lui auront permis d’investir dans sa communication et de créer son identité de marque sur son blog sport qu’elle alimente au quotidien. Grâce à sa récurrence et la qualité de son contenu, Vanessa crée sa valeur ajoutée de femme blogueuse sportive et réussit à gagner en visibilité. En octobre 2017 Champions du Digital attire les curieux et ses futurs clients.

Alexandra de Drôle de Plume a commencé à se dégager des revenus depuis plus longtemps que les autres car elle a démarré son activité bien plus tôt. Pas de chiffres mais plutôt un conseil qui vaut de l’or:

« Même si on ne se sent pas légitime au tout début de son activité de par le manque d’expérience, il est important de montrer qu’on a confiance en soi et qu’on croit en son projet. Les entreprises aiment travailler avec des professionnels qui insufflent la confiance et l’assurance de soi. C’est indéniable que pour attirer les clients, il faut d’abord se construire son identité propre pour permettre la crédibilité de son business. »

Pour Carole de Craft and Co, ce n’est qu’au bout de 3 ans qu’elle peut enfin sortir la tête de l’eau. À la différence de Alexandra, par exemple, qui elle n’a pas besoin d’équipement particulier pour travailler, Carole a dû faire face aux dépenses liées à la charge locative de son atelier de fabrication et aux machines de production. Le fait de ne travailler qu’avec des entreprises lui a permis de subvenir à ces consommables.

Les dirigeants de Mobalib ne se payent pas immédiatement mais par contre honorent le travail de leur salariés dès leur premier de travail écoulé. En 2019, une première levée de fonds attendue leur permettra de se payer et d’assurer les revenus de leurs employés ainsi que ceux des stagiaires.

Cette année Olivier Aubry et Isabelle Le Gall de Paravol se rémunèrent grâce à leur entreprise. Il leur aura fallu attendre 1 an et demi/ 2 ans avant de se générer du revenu grâce à leur chiffre d’affaires.

Ce que pense une jeune entrepreneure comme moi

Jeune entrepreneure que je suis, ce temps de rétrospective d’échange et de partage avec ces 7 entreprises m’a fait comprendre que le succès n’arrive pas seul. Avoir confiance, foncer, persévérer et croire en son projet dur comme fer sont les ressources nécessaires à avoir en soi pour atteindre son objectif de gagner sa vie en faisant ce qu’il nous plaît. Les étapes peuvent être longues et les paliers difficiles à atteindre mais il ne faut rien lâcher.

Connaître les risques, agir avec responsabilité et prendre du recul sur certaines situations compliquées et surtout être bien accompagné.e permet d’avancer! Il n’y a jamais de parcours d’entrepreneur lisse et sans embûches. Alors, après tout pourquoi ne pas y aller à fond?

Les seuls obstacles sont ceux qu’on n’envisage pas ou bien qu’on ne veut pas envisager, pourtant ils sont inhérents à la vie d’une entreprise, jeune ou non. Les esquiver ne servira à rien au contraire car ils reviendront sur notre chemin tôt ou tard comme un problème non résolu. Quand ils se présentent à nous il faut trouver au fond de soi la force nécessaire et absolue pour pouvoir y faire face et continuer sa route.

À tous les succès, à toutes ces montagnes russes, à tous les jeunes entrepreneur.es persévérant.es, bravo et belle continuation.

Julie.B

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *