Article Internet 20 ans après
Bordeaux, ville numérique

Internet : ce qui a changé depuis l’an 2000 et ce que réserve cette nouvelle décennie

Internet a sacrement évolué depuis ces vingt dernières années et nous on vient de prendre vingt ans en pleine face depuis le passage à l’an 2000, c’est douloureux dit comme ça. À presque 12 ans je ne savais pas que le numérique ferait autant de prouesses et que les technologies nouvelles prendraient autant de place et d’importance dans ma vie. Pourtant, aujourd’hui je communique essentiellement sur le Web et les intelligences artificielles de mes réseaux sociaux savent tout de moi.

Dans cet article je vous parlerai en quoi Internet a changé nos vies et ce qui pêche encore. Le monde de l’Internet a encore de belles années devant lui mais ça sera à nous d’en être acteur pour activer des changements. Peut-être que mon article ne plaira pas à tout le monde car je ne suis pas là pour lisser l’image du numérique malgré toutes les belles inventions que ça a apporté et mon choix de travailler avec le Web.

Comment se dessinait l’avenir d’Internet il y a 20 ans ?

L’an 2000 a marqué les esprits avec le bug planétaire qui a touché de nombreux ordinateurs et programmes informatiques. Forcément cela a refroidi les espoirs des internautes nombreux à attendre les nouveautés sur le Web.
Nous étions tous impatients de voir quelles prouesses technologiques allaient être dévoilées car pour nous tous, l’An 2000 symbolisait vraiment une nouvelle ère numérique. Nous avions espoir que le numérique offre des perspectives d’avenir intéressantes sur le plan économique et professionnel. Nous pensions que les plateformes numériques seraient collaboratives et vertueuses d’une nouvelle manière de communiquer et ce au-delà des frontières politiques et économiques.

Sauf que certaines entités ont pris le dessus et se sont démarquées dans l’espace encore flou du numérique. Je veux parler des GAFA (Google – Amazon – Facebook – Apple). 20 après nous sommes tous dépendants de ces géants du Web qui dominent le monde et laissent peu de place aux plateformes indépendantes et leur business model trop peu rentable.

Les conséquences de l’ère du tout numérique 20 ans après

L’espace numérique est malheureusement donc un espace capitaliste. Je ne suis pas en train d’afficher mon opinion politique, mais il est clair que ces plateformes ont le monopole car nous sommes des millions, des milliards à contribuer à leur système économique et leur richesse. Difficile de faire mieux en terme de révolution numérique et technologique ! Grâce au succès rencontré et à leur évolution phénoménale, ils ont pu financer des ressources humaines et matérielles afin d’améliorer davantage leurs services et le parcours utilisateur de leurs clients. C’est sûr qu’avec beaucoup d’argent, on peut faire les choses en grand !

Le problème c’est que nous sommes aussi contributeurs de leur succès. L’argent que nous dépensons n’est que le tiers de leur richesse. Pourquoi ? Parce que par consentement nous leur donnons accès à nos données personnelles, et une fois celles-ci livrées et enregistrées dans leurs serveurs, deviennent sources d’argent. Oui, nos données sont monnayables.

Vie privée et Internet : pas tout à fait compatible

Au début des années 2000, la protection de notre vie privée ne nous inquiétait pas plus que ça. Nous nous disions qu’après tout cela faisait parti du jeu, sinon quel aurait été l’intérêt de payer un fournisseur d’accès pour naviguer sur le Web !
Puis en 2013, survient le scandale autour du programme de surveillance PRISM. Ce programme informatique permettait aux fournisseurs de services électroniques de récolter des données confidentielles de personnes vivant en dehors des USA.

D’ailleurs Edward Snowden, ex-consultant de la NSA, a dénoncé PRISM aux journaux The Guardian et The Washington Post qui par la suite, ont signalé l’existence de ce programme de surveillance en 2013.

C’est à partir de ce moment-là que les utilisateurs d’Internet ont pris conscience de la gravité du problème et qu’ils ont compris que leurs données étaient utilisées contre de l’argent.
Dernier scandale en date, c’était il y a presque deux ans avec Cambridge Analytica l’affaire qui a suscité beaucoup de curiosité et de colère aussi.

En mai 2018, l’Union Européenne fait instaurer auprès de tous les sites web de tous les secteurs d’activité – sites vitrines et sites e-commerce – le nouveau règlement RGPD sur lequel j’avais déjà publié un article. Grâce à ce règlement, nous pouvons maîtriser l’utilisation et le stockage de nos données personnelles (en théorie).

Que peut-on imaginer pour le numérique pour les vingt prochaines années ?

Aujourd’hui les sujets dont tout le monde parle – entreprises et particuliers – sont l’intelligence artificielle et la science des données. Encore une fois, ce sont les GAFA et sans oublier Microsoft aussi, qui développent le mieux ces intelligences artificielles. Si vous souhaitez savoir quelles seront les tendances en 2020 concernant l’intelligence artificielle je vous partage cet article du site Le Big Data.
Le but ? Simplifier le parcours client des utilisateurs on-line et leur suggérer des produits ou services en fonction de leur besoin et ce de manière précise.
C’est là que les professionnels du marketing digital ont tout à gagner car c’est grâce aux données fournies par les utilisateurs et récupérées sur les serveurs, que les algorithmes font leur travail. Ainsi le commerce en ligne deviendra prospère et durable et deviendra l’une des ressources les plus riches de la planète !

Ce qu’il est important de savoir c’est que nos clics, nos partages, nos commentaires et nos likes sur les réseaux sociaux sont analysés et l’intelligence artificielle, qui n’est ni plus ni moins qu’un programme informatique, lit dans nos pensées et détecte nos envies et centres d’intérêt. Si vous voyez tout le temps des publicités sur votre écran qui vous montrent des produits correspondant en tous points à vos envies, vous savez pourquoi maintenant 🙂

Nous sommes donc tous contributeurs de la machine ! Plus nous passons de temps sur le Web, sites et réseaux sociaux, plus les IA sont contents ! Bon, derrière chaque programme d’intelligence artificielle il y a une équipe avec des compétences métier et des objectifs marketing définis par une hiérarchie et un client ! C’est ce qu’on appelle faire du commerce sur Internet.

Les enjeux actuels et futurs du numérique

Les problématiques actuelles et futures qui sont en passe d’être résolues, normalement, dans les vingt prochaines années et qui devraient être prioritaires car il y a urgence sont : le climat et l’environnement, la démocratie et le dialogue social.
Tout ces sujets sont impactés par le numérique. Par exemple envoyer un mail avec une pièce jointe de 1 Mo consomme 15 grammes de Co2. Garder des vieux mails dans sa messagerie ça pollue aussi donc on laisse sa petite empreinte carbone.

Il existe des solutions que nous pouvons tous appliquer chacun à notre petite échelle pour réduire notre impact environnemental. J’ai trouvé ce fichier PDF publié par l’ADEME (Agence de Développement de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie) datant de novembre 2019 qui parle justement de la pollution numérique.

Les serveurs web stockent des milliards de données par an et d’autres serveurs tournent à plein régime pour faire fonctionner Internet et les sites Web du monde entier. Les réseaux sociaux sont (mal) utilisés par beaucoup pour divulguer des propos haineux, racistes, et discriminatoires. Politique, social sont des sujets tendances ainsi que les violences physiques et psychologiques.

 

Conclusion :

Maintenant et à l’avenir il faudra penser le numérique et le web différemment.
L’utilisation que nous faisions de ces nouvelles technologies il y a 20 ans a changé avec la transformation de la société et des modes de vie.

Beaucoup de choses s’amélioreront dans le temps et il est certain que nos habitudes devront changer. Notamment pour le climat qui est le premier à subir les conséquences néfastes de ce tout numérique.

Le mieux est de rencontrer des personnes qui sont expertes sur le sujet du Web et des enjeux climatiques, politiques et sociaux. Des dégâts il y en a déjà, et si dans 20 ans rien ne change nous ne pourrons plus revenir en arrière pour modifier les paramètres de la machine infernale.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *