La transformation numérique en Nouvelle-Aquitaine au coeur de la journée de l’économie 2017

transformation numérique

L’entreprise en transition à l’heure du numérique ou comment bien se préparer, s’adapter voire se réinventer ?

transformation numérique

Mardi 12 septembre 2017 la Cité du Vin de Bordeaux accueillait des entrepreneurs aquitains ainsi que les chambres consulaires du commerce et de l’industrie, de l’agriculture et des métiers de l’artisanat dans le cadre de la Journée de l’Économie organisée par la Région Nouvelle-Aquitaine.

Cette journée était transmise simultanément à Niort, Limoges et Bordeaux, les échanges en direct entre les différents entrepreneurs de ces trois villes ont pu aboutir sur des réflexions autour de la transformation numérique, les axes de développement, les opportunités de demain et les questionnements qui tiraillent certains quand à l’avenir de leur entreprise.

UN enjeu de taille:

La transformation numérique. Lu comme cela ce terme fait peur, oui c’est le cas pour beaucoup d’entre eux notamment pour les entrepreneurs du milieu agricole et viticole. Car ce bouleversement viendra changer leur manière de travailler au quotidien, de former le personnel et de se remettre en question perpétuellement car le numérique et les nouvelles technologies ne restent pas figés dans le temps.

Pour introduire cette journée, Alain Rousset Président du Conseil Régional de la Nouvelle-Aquitaine a exprimé sa vision du numérique, les avantages des entrepreneurs à s’y pencher sérieusement pour ne pas être en retard et manquer de voir leurs activités faiblir face au déchainement du phénomène numérique.

Je cite: « Si dans 4 ou 5 ans les entreprises ne sont pas passées au numérique, elles seront en difficulté »

Déjà ça donne le ton de ces échanges! Fort heureusement la majorité était d’accord sur la question, encore faut-il pouvoir trouver des solutions.

Il a évoqué également l’Usine du Futur de la Nouvelle-Aquitaine, petit rappel de ce qu’est l’Usine du Futur: c’est un programme créé par la Région qui vise à accompagner les entreprises du territoire aquitain (chefs d’entreprise et salariés) vers le numérique.
L’équipe mobilisée par la Région Nouvelle-Aquitaine prend en charge les entreprises qui soumettent le besoin de faire évoluer leurs performances, en réalisant des diagnostics et ensuite en accélérant le changement pour les amener progressivement vers la transition numérique de leur entreprise.

Vous trouverez davantage de précisions et d’informations sur le site de l’Usine du Futur directement en allant sur ce lien: https://www.usinefutur.fr/quest-ce-que-lusine-du-futur/nouvelle-aquitaine-berceau-de-lusine-du-futur/

Il a annoncé la création d’une plateforme dédiée au numérique et le financement de 100 diagnostics pour accompagner les entreprises vers le numérique.

D’après M. Rousset, opter pour la transformation numérique de son entreprise ne peut qu’être positif autant pour le modèle économique de l’entreprise, que pour le bien-être au travail des salariés.

Je suis plutôt d’accord avec lui car le numérique c’est gagner en efficacité par exemple avec l’optimisation des systèmes de production, la réduction de la fatigue et du stress liés à des opérations minutieuses et répétitives ou encore l’harmonisation des espaces de travail. De ce fait le résultat qui en découle ne peut être que positif pour maintenir l’implication de son équipe et ressentir son épanouissement au quotidien.

Il faut savoir également que la région Nouvelle-Aquitaine dispose d’un cluster e-santé qui est intervenu au Québec récemment auprès d’autres clusters partenaires. Il est question de réfléchir à une solution à distance de prise en charge des patients atteints de douleurs physiques via des lunettes connectées qui transmettraient des informations en temps réel à des médecins ou infirmières, qui à leur tour pourraient éditer des ordonnances via une application.
Cela viendrait solutionner le sujet de la désertification des campagnes par les professionnels du corps médical qui migrent vers les grandes villes.

La démocratisation de la transformation numérique:

Le terme « transformation numérique » s’est démocratisé largement auprès des entreprises tous secteurs confondus que ça soit en BtoC ou BtoB.

Des chiffres révélateurs:

– 9 TPE/ PME sur 10 se disent concernées par le numérique et 59% y voient un avantage.

Dans la région Nouvelle-Aquitaine sur 200 entreprises 83% ont un site Internet et 67% sont présentes sur les réseaux sociaux.

La vraie question à se poser: quelle stratégie adopter pour son business ?

Sur les quelques conseils d’Antoine Chotard de l’agence ADI Nouvelle-Aquitaine je retiendrai ces trois là:

1 – Optimisation stratégique: se concentrer sur l’interface du marché de l’entreprise pour intégrer de bons leviers numériques
2 – Créer une nouvelle expérience utilisateur pour amener de nouvelles opportunités et une nouvelle clientèle
3 – Passer par le conseil personnalisé avant d’acquérir de nouveaux outils numériques

Voici les 5 leviers numériques pour lesquels les entreprises seraient amenées à se transformer:

1/ Produits / services
2/ Relation client
3/ Process
4/ Outils
5/ Culture

Le but recherché à travers ces leviers numériques est de faciliter la vie du client.

Numérique: menace ou opportunité

Solène Di Paolo conseillère numérique et innovation, en charge de l’accompagnement et de la formation des artisans dans la transformation numérique à la Chambre des métiers et de l’artisanat de la Nouvelle-Aquitaine, soit 32000 dans la région, et également membre de l’association des professionnels du numérique en Aquitaine AQUINUM, intervient sur la question de la menace du numérique pour certains entrepreneurs. Solène constate que dans l’artisanat 50% des entrepreneurs voient le numérique comme une menace.

Dans le domaine de l’agriculture, le numérique reste à exploiter

C’est Dominique Graciet, Président de la Chambre Régionale d’Agriculture en Nouvelle-Aquitaine qui en parle le mieux, il en a rencontré lui des agriculteurs… son intervention était très concrète.

Il dit que les agriculteurs n’ont pas peur du numérique, mais plutôt peur des amortissements qu’occasionnent les nouvelles technologies. Ils ont peur de devoir remettre en cause leur entreprise agricole car eux ils ont besoin d’avoir des retombées positives immédiates, ils travaillent à l’instant T avec des espèces animales et végétales.

Les principales problématiques qui s’opposent à eux:

1- Le raccord en haut débit: oui car il faut savoir que beaucoup de villages ne sont pas encore raccordés à l’ADSL (ne parlons même pas de la fibre…) donc avant de parler transition numérique, il faudrait mettre en place des réseaux Internet efficaces.

2- La rentabilité des systèmes: investir oui, mais pour combien de temps ? Leurs priorités à eux sont vitales.

4- La formation et l’accompagnement: aider chaque membre d’une entreprise agricole à intégrer le numérique, le comprendre et apprendre à travailler avec.

Ces petits objets volants, les drones.

Le drone, voilà une belle opportunité pour les exploitants agricoles ! Des besoins émergent principalement concernant la cartographie des terres agricoles et la traçabilité des élevages (on parlera du cas de la grippe aviaire).

Alexandre Villain gérant de l’entreprise Agri-Précision indique qu’un drone professionnel avec pilote agréé et prestations demande 30 000€ d’investissement et que l’achat d’un tracteur demande 150 000€ d’investissement. Réflexion.

transformation numerique

Transformation digitale dans les vignobles français:

« La numérisation c’est la rapidité des process hygiène et santé »

Denis Gautier Directeur du CIIRPO (Centre Interrégional d’Information et de Recherche en Production Ovine) à Saint-Priest-Ligoure (87)

Denis Gautier entend également par le numérique, donner une forme d’encouragement auprès des jeunes afin de les motiver à travailler dans les campagnes. Les axes de recherche et de développement à venir permettraient à de jeunes actifs de s’intégrer dans la vie professionnelle agricole.

Jean-François Clédel Président de la Chambre de commerce et d’industrie de la Nouvelle-Aquitaine pose la question de la confidentialité des données professionnelles, le rapport aux « GAFA » (Google, Apple, Facebook, Amazon) est tendu auprès de nos entrepreneurs. L’émergence de plateformes made in France sans revente de données pourraient venir voir le jour.

Les entrepreneurs qui ont tout compris:

Worldcast est une entreprise mérignacaise spécialisée dans la production d’émetteurs radios. Bruno Rost, PDG de Worldcast a carrément pris la décision de changer les composants technologiques à la base analogiques, par des composants numériques intégrant un programme informatique. Bruno a vu son chiffre d’affaires multiplier par 10 en 4 ans seulement. Sans transformation numérique, ils ne seraient pas là pour parler de leur société.

transformation numerique

Sébastien Constant co-fondateur de la société l’Addition, a eu pour projet de créer une application sur iPad pour moderniser les caisses enregistreuses. Les compétences en développement informatique sont internalisées, ils ont engagé un budget marketing et communication important notamment pour le référencement de leur site web en SEO et SEA (organique et adwords), ont aussi investi dans un CRM pour qualifier du lead. Ils commercialisent leur produit en positionnant des commerciaux terrains mais ont aussi ajouté une stratégie commerciale digitale en délivrant leur solution dans un cloud, cette opportunité audacieuse car jamais utilisée par d’autres a été un succès.

transformation numerique

Le secteur du tourisme a aussi sa carte à jouer:

Oui, et c’est Morgan Moreau, propriétaire du camping « Au Port-Punay » (17) qui a eu l’idée de créer la plateforme campings.online avec audace face au géant Booking ! Cette plateforme conçue par des gestionnaires de campings eux-mêmes réduit les intermédiaires et favorise les contacts directs avec les dirigeants et les équipes de campings.

transformation numérique

 

Cette après-midi a été riche et très intéressante avec des perspectives à venir pour la filière du numérique et des entrepreneurs ouverts en quête de solutions.

Vous pouvez retrouver les photos de l’évènement en parcourant les moments tweetés par les intervenants sur le compte Twitter d’Antoine Chotard 😉 => http://bit.ly/2fknq1E

 

Rencontres des Entrepreneurs 2017

startup

Mardi 27 juin 2017 se tenait l'événement annuel bordelais, les Rencontres des Entrepreneurs, organisé par l'association Bordeaux Entrepreneurs. Retour sur la soirée !

Pour la quatrième année consécutive, l’association Bordeaux Entrepreneurs nous a donné rendez-vous à l’Athénée Municipal pour rencontrer les nouvelles startups et choisir parmi les candidates, celle qui nous paraît la plus innovante et la plus pertinente par rapport à un besoin. Cet événement permet à de nouvelles startups bordelaises d’être sélectionnées parmi 50 autres startups et de passer devant le jury de Bordeaux Entrepreneurs pour ensuite pitcher lors de l’événement pendant 3 minutes. Le public vote pour sa start-up préférée et le lauréat reçoit son prix pendant la soirée.

Présentation de Bordeaux Entrepreneurs

rencontres-des-entrepreneurs-2017

Bordeaux Entrepreneurs est une association fédérée par des acteurs économiques de l’écosystème bordelais. Elle soutient la création et le développement d’entreprises de croissance dans la région bordelaise. Le président de l’association est Julien Parrou PDG du groupe ConcoursMania.

rencontres-des-entrepreneurs-2017

Déroulement de la soirée:

Afin de mieux répondre aux principales problématiques des startups, une table ronde était organisée en trois parties:

« Recruter sa Dream Team » avec Jacques Froissant, Fondateur d’Altaïde et cofondateur de Shake
« Les 5 erreurs à éviter quand on monte sa start-up » avec Nicolas Béraud, Fondateur de Betclic et TripleFun
« Les phrases que détestent les banquiers…et celles qu’ils adorent ! » avec Brice Thébaud, Fondateur d’Aliénor Partners

J’ai décidé de développer un peu plus la 2ème partie qui pour moi était la plus significative pour les jeunes startups actuelles ou en projet de création.

« Les 5 erreurs à éviter quand on monte sa start-up »

Nicolas Béraud Fondateur de la société BetClic et TripleFun présente son parcours depuis BetClic, plateforme de paris sportifs jusqu’à aujourd’hui avec sa société TripleFun (jeux en ligne). Il donne des conseils aux nouveaux entrepreneurs ou futurs entrepreneurs grâce à son retour sur expérience. Le conseil n°1 qui a retenu le plus mon attention est le fait d’être focus sur le client, c’est tout ce qui compte. Il est très important voir primordial de mettre le client au coeur de son business, d’analyser les retours clients avant de mettre en place le développement de fonctionnalités sur le site web ou l’application mobile.
Sur mobile il suffit d’un détail qui gêne le client dans sa navigation pour que celui-ci décide de supprimer l’application. Aujourd’hui grâce aux métriques du site, de l’application ou des réseaux sociaux il est facile d'analyser une expérience client et de l’améliorer en étant attentif aux dysfonctionnements, aux obstacles que le client peut rencontrer.

Même si notre projet est fixé il faut rester à l’écoute du marché, s'adapter aux mouvements en faisant une veille économique régulière pour vérifier si les produits ou services proposés répondent toujours à un besoin. Si ce n’est pas le cas, il est préférable de modifier certaines choses, d'être agile de se remettre en question si on veut susciter l’intérêt des consommateurs et les séduire.

Nicolas Béraud conseille également de penser au modèle économique dès la conception du projet, de s'associer plutôt que de se lancer tout seul car à plusieurs on dispose davantage d'expériences et compétences et que tous les associés du projet partent avec les mêmes intentions.

"Une équipe rassure plus qu'une personne seule"

rencontres-des-entrepreneurs-2017

Le pitch des start-up:

Les jurys de l’association Bordeaux Entrepreneurs ont choisi 3 startups dans les starting block !

1ère start-up à concourir pour le prix: MaChouYou

rencontres-des-entrepreneurs-2017

Un dispositif médical en silicone pour que vos enfants arrêtent de sucer leurs pouces ou de mettre la tétine dans la bouche. Grâce à ce dispositif les parents n’ont pas besoin d’attendre un an (souvent le cas) pour avoir un rendez-vous chez un orthodontiste et de payer 2000€ un appareil plus les soins.

Les dents de votre enfant seront intactes grâce à ce dispositif en forme de lapin de couleur orange, il coûte 15€ et il est disponible dans 180 pharmacies en France et sur leur site depuis juin 2015.

2ème start-up: Fit My Run le conseiller virtuel de votre équipement running

rencontres-des-entrepreneurs-2017

Ne plus se tromper en choisissant des vêtements de sport et éviter le risque de blessures ? C'est désormais possible avec Fit My Run ! Créez votre profil sportif en quelques clics sur la plateforme qui l'analyse et vous dirige ensuite vers des sites marchands pour faire votre shopping.
Le business model de cette start-up est basé sur la recette de commissions auprès des e-commercants qui auront vendu un ou plusieurs produits à un client. Cette jeune start-up est porteur d’affaires, elle compte se diversifier prochainement dans d’autres pratiques sportives que le running.

3ème start-up: Archidvisor plateforme de mise en relation entre des prospects et des agences d’architectes.

rencontres-des-entrepreneurs-2017

Vous avez un projet de construction de maison, mais vous ne savez pas par où commencer, qui choisir pour votre plan, pour l’aménagement de votre future cuisine ? Faites appel aux experts d' Archidvisor qui établiront votre profil complet et votre projet et vous mettront en relation avec des professionnels.

Et le grand gagnant de ces Rencontres des Entrepreneurs 2017 est … Archidvisor !!!
Avec plus de 53% de votes, la start-up a conquis le public et recherche actuellement des investisseurs pour une levée de fonds !

rencontres-des-entrepreneurs-2017 

Les Rencontres des Entrepreneurs 2017 est soutenu par:

  • BNP Paribas
  • Altaïde (cabinet de recrutement pour les startups)
  • Alienor Partners
  • Digital Campus
  • Madyness
  • Mairie de Bordeaux

Alors pour celles et ceux qui n'étaient pas présents, on se donne rendez-vous l'année prochaine 😉